<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="65001"%> Extrait du livre lsqdf
Passage des Indes
Extrait
.

«Dans ces rues, de jeunes femmes vont  avec dans les cheveux des tresses faites de fleurs de jasmin en bouton. Le parfum embaume leur sillage. Drapées dans des saris, bleus, roses ou orange, indifférentes à tout, comme des princesses au regard ardent, elles passent dans cette ruelle des forgerons où ne devraient pas s'aventurer de telles grâces. Sur le sol une pastèque ou une courge ronde écrasée couverte d'un colorant rouge sang a été jetée en sacrifice à une divinité pour éloigner la malédiction. Mais rien n'y fait. Elle s'est abattue définitivement dans ce qui ressemble à une rue mal empierrée. Des cahutes en palmes habitées par des familles d'intouchables sort une âcre fumée de mauvais charbon.

De chaque côté, une rigole fangeuse d'eau usée et noire stagne. Plus loin, un emplacement sans construction, et au milieu de ce nulle part des coqs, des corbeaux, des vaches disputent des ordures aux humains. Dans ce monticule se mélangent bouts de cartons, débris ménagers, étrons, fientes, bouses, morceaux de noix de coco et feuilles de bananiers ayant servi d'assiettes à la minable gargote au coin de la rue, près du temple. En ces temps d'élection et de démagogie, une soupe populaire y est offerte par un parti populiste ou des adeptes du dieu local.

Les vaches se repaissent de ces feuilles déjà léchées jusqu'à la moindre trace de festin - grains de riz et sauces pimentées - par ces pauvres hères. Des cochons gris dorment là aussi. De cet endroit émane un puissant remugle de merde. Ces parias font leurs besoins là, au vu et au su de tous.De jeunes enfants cagnent sur le trottoir, comme le ferait n'importe quel animal de compagnie auquel le propriétaire n'aurait pas enseigné le caniveau.

Ici habitent des femmes, des hommes et de rares vieillards. Des gosses vont nus avec une cordelette rouge à la taille en guise de ceinture, ils jouent avec la poussière du sol et font des petits tas de hauteur égale et ils s'imaginent probablement commerçants en matériaux de construction. Là survivent des gens qui ont dû êtres des humains. Ils n'en n'ont plus que la forme. Comment vivre en des lieux si abjects ? Il est des paysages superbes dans les sierras sauvages qui retiennent à la terre les êtres comme des aimants, et les laissent sans force face au temps qui passe et les amenuise petit à petit. Ils en oublient leur humanité, et chaque jour les transforme un peu plus en anachorètes, car l'ensorcelante beauté des lieux a fini par ravir leur âme. Mais en cet endroit là, nulle beauté. Seules l'horreur et l'abjection de la pauvreté clouent ces dalits au pilori, dans la puanteur de l'air mauvais. Aucune révolte dans leur regard, aucune méchanceté non plus pour l'étranger. Ailleurs peut-être, dans une de ces banlieues à Bombay ou Delhi, on m'aurait déjà dépecé et ma carcasse aurait nourri leurs cochons. Aucune animosité dans cette auscultation. Certains font un large sourire et adressent un "hello" sonore en interrogeant d'un "Where are you comme from?" Et en ponctuant immanquablement par un "Welcome in India!"

Je ne pouvais espérer meilleur accueil. »

- 16 -

 

jàer_"z